Russie

                 
Vous trouverez sur cette page : un bref descriptif, la carte du pays et nos impressions.

                Asiatique ou européenne? Nation moderne ou Empire nostalgique de sa grandeur ? Entre les icônes héritées d'un autre âge et l'image d'une société en proie aux pires difficultés économiques et politiques, pas facile de se faire une idée juste de la Russie contemporaine.
              A
vec une superficie de 17 075 200 km2, la Russie est le plus vaste pays du monde. Elle forme un État-continent, étendu sur près de 3 000 km du nord au sud et sur près de 9 000 km d’ouest en est (11 fuseaux horaires).
Née du démantèlement de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) en 1991, la fédération de Russie correspond à

 


l’ancienne République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), créée en 1918. Elle est devenue un État souverain le 25 décembre 1991. Elle a perdu les colonies d’Asie centrale et de Transcaucasie, les pays baltes et surtout l’Ukraine et la Biélorussie, noyau historique de l’État russe. La Russie post-soviétique maintient toutefois, dans le cadre de la Communauté des États indépendants (CEI), instituée en 1991, des liens privilégiés avec les anciennes républiques soviétiques.
                 La Russie a vu disparaître, avec l’effondrement de l’empire communiste, un régime totalitaire. Elle est aujourd’hui confrontée à une difficile transition vers la démocratie et l’économie de marché. Un vaste programme de réformes économiques a été lancé début 1992. Toutefois, dans cet État qui fut la deuxième puissance économique du monde, la libéralisation de l’économie s’accompagne d’une crise profonde et durable.
 
 
Carte


Fiche d'identité

Intitulé officiel : Fédération de Russie
Superficie : 17 075 400 km²
Population : 144,66 millions d'habitants
Espérance de vie : hommes 60 ans, femmes 73,2 ans

Capitale : Moscou (9 millions d'habitants)
Populations et ethnies : Russes (81,5%), Tatars (3,8%), Ukrainiens (3%),
Tchouvaches (1,2%), Bashkirs (0,9%), Biélorusses (0,8%)
Religions : Orthodoxes. Importantes minorités musulmane, juive et catholique.
Institutions politiques : République fédérale comportant 89 entités territoriales, régime présidentiel, membre de la Communauté d'États indépendants (CEI)

Fête nationale : Jour de la Russie, 12 Juin (1990)
Point culminant : Gora Elbrus 5 633 m.
Monnaie : le nouveau rouble
Président : Vladimir Poutine
Pratique : Visa obligatoire avec lettre d'invitation
Langue : russe, ukrainien, biélorusse, turc


Quelques mots utiles

Da : Oui
Nyet : Non
Spuh-SEE-ba : Merci
pra-STEE-tyeh : Pardon
pa-ma-GEET-yet mnyeh ? : Pouvez-vous m'aider ?
ni-che-VOH : Pas de problème
kahks za-VOOT ? : Quel est votre nom ?
FRAHN-tsi-yuh : France
Ya nye ga-var-YU pa-RU-ski : Je ne parle pas russe
gus-TEE-nit-suh : Hôtel
Gdyeh...? : Où est...?
a lye-KO ? : Est-ce loin ?
SKOL-ka STO-eet ? : Combien cela coûte-t-il ?

Patrimoine mondial de l’Unesco

(1990) Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes
(1990) Kizhi Pogost
(1990) Le Kremlin et la place Rouge, Moscou
(1992) Monuments historiques de Novgorod et de ses environs
(1992) Ensemble historique, culturel et naturel des Iles Solovetsky
(1992) Monuments de Vladimir et de Souzdal
(1993) Ensemble architectural de la laure de la Trinité-Saint-Serge à Serguiev Posad
(1994) Eglise de l'Ascension à Kolomenskoye
(1995) Forêts vierges de Komi

 

(1996, 2001) Volcans du Kamchatka
(1996) Lac Baïkal
(1998) Montagnes dorées de l'Altaï
(1999) Caucase de l'Ouest
(2000) Ensemble historique et architectural du Kremlin de Kazan
(2000) Ensemble du monastère de Ferapontov
(2000) Isthme de Courlande
(2001) Sikhote-Aline central
(2003) Bassin d'Ubs Nuur
(2003) Citadelle, vieille ville et forteresse de Derbent
(2004) Système naturel de la Réserve de l'Île Wrangel
(2004) Ensemble du couvent Novodievitchi



Le Transsibérien

                 Cette voie ferrée mythique traverse les steppes sibériennes depuis Moscou jusqu'au port de Vladivostok, sur l'océan Pacifique. Traversant 7 fuseaux horaires, le Transsibérien relie en 7 nuits et 8 jours Moscou et Vladivostok, distantes de près de 10 000 km. Il traverse la Russie d'Europe, l'Oural et les steppes de Sibérie occidentale pour enfin atteindre la côte de la mer du Japon. Sa conception, qui remonte aux années 1880, fut en partie motivée par des considérations militaires, mais surtout par le désir de coloniser les terres vierges et cultivables de l'Est. L'objectif était d'y exploiter des ressources minérales et de soulager la surpopulation rurale de la Russie d'Europe. C'est le tsar Alexandre III qui décida de construire cette voie ferrée. Dès 1890, la voie s'étendait vers l'Est sur environ 2 000 km, de Moscou à Tchéliabinsk. Sa construction fut achevée à la fin de l'année 1904. Un tracé confiné dans le territoire russe aurait exigé un détour par une région accidentée, à l'est du lac Baïkal. Grâce à un accord signé avec la Chine en 1896, le tracé fut dévié : à partir de l'est de Tchita, il traversait la Mandchourie en empruntant la voie ferrée orientale chinoise, construite entre 1897 et 1904 avec des capitaux privés.
                Les travaux sont gigantesques : il faut déboiser, drainer des milliers d’hectares marécageux, construire près de 3 500 ouvrages d’art, tunnels… Et des ponts pour enjamber les fleuves : 734 mètres pour l’Ob, 512 mètres pour l’Iénisseï. Ces ponts seront construits en deux saisons. L’été, les piliers sont érigés au moment où le cours d’eau est à l’étiage. L’hiver, alors que le
fleuve est pris par les glaces, le tablier est posé ! Tout cela se fait dans des conditions climatiques à l’image de ces territoires de l’extrême. En été, les moustiques en grand nombre sont les vecteurs du paludisme. En hiver, il faut supporter des températures qui avoisinent les moins 40°. Mais les Russes ne s’embarrassent pas du« moins » quand ils parlent de températures négatives.
                 Cependant, en 1904 et en 1905, la guerre russo-japonaise remit en question la sécurité de la voie mandchourienne, et un tracé entièrement russe fut réalisé, entre 1908 et 1914, à un coût au kilomètre deux fois plus élevé que celui des autres sections du Transsibérien. Ce tracé fait partie des 9 297 km du Transsibérien actuel (qui va de Moscou à Omsk en passant par Iekaterinbourg et non plus par Tchéliabinsk). Au départ, il se composait d'une seule voie, ce qui posa des problèmes d'engorgement durant la guerre contre le Japon. C'est pourquoi on décida de doubler cette voie sur presque toute la longueur, travaux qui s'achevèrent en 1918. L'électrification complète des voies a été réalisée entre 1950 et 1970.
                 Aujourd’hui, sur la ligne du Transsibérien passent autant de trains en une journée qu’à ses débuts en une année. On compte un train de marchandises toutes les 20 minutes. Le voeu d’Alexandre III s’est donc réalisé et perdure : le rail est toujours la colonne vertébrale de la Fédération Russe. Voilà vous savez tout….

 

Impression générale et bons plans

Nous ne serons reste qu'une dizaine de jour en Russie, pas assez bien entendu pour se forger une opinion reelle sur le pays. Nos commentaires sont donc à prendre avec beaucoup de pincettes.

Ce qu’on a aimé : la vodka beaucoup plus douce et fruitée que la notre, la cuisine, l' honnêteté des russes, et la propreté des rues de Moscou!

Ce qu’on n’a pas aimé : le cote froid et rude des russes, la dance musique systèmatique dans les restos

A voir : la cathédrale St Basile, la releve de la garde devant le soldat inconnu

A faire : le transsiberien (a condition de tomber sur un wagon sympa)

A fuir : le poisson fumé séché, surtout dans un compartiment clos

Bon plans: Asso estcapade bilan mitigé, bien pour les billets russes, déplorables pour les billets UB Pekin
Et pour le transsiberien, prévoir tasses ou bols, soupes, the, cafe... car il y a un barnum et eau chaude a volonté.